LE SYNDROME DU SOMMEIL INSUFFISANT

  • Le désordre de notre époque
  • Un cas clinique
  • Les bourreaux de travail et le trouble récessif du temps
  • Comment y faire face ?

LE DÉSORDRE DE NOTRE ÉPOQUE

Dès 1983, la première série de patients souffrant de syndromes d'insuffisance de sommeil a été rapportée, dont le principal symptôme était une somnolence diurne excessive.

Ce trouble survient lorsque l'individu ne dort pas suffisamment de manière persistante, ce qui se répercute sur la phase d'éveil et empêche de bonnes performances scolaires et professionnelles.

La particularité de ce trouble, catalogué depuis les années 90 dans la classification internationale, est que le patient dort - volontairement - très peu d'heures.

Ce sont des personnes qui exercent deux ou plusieurs emplois simultanément, afin d'obtenir un meilleur statut économique ou de travailler et d'étudier une carrière.

Ce syndrome est également observé chez les femmes qui élèvent seules leur famille, en assumant l'entière responsabilité des tâches ménagères et de l'éducation des enfants.

UN CAS CLINIQUE

Francisco, un ingénieur de 38 ans, illustre le syndrome du manque de sommeil. 

En raison d'une récession économique, Francisco a été licencié de son emploi à temps plein et réembauché pour une demi-journée. 

Marié et ayant trois enfants dans de bonnes écoles, l'ingénieur a accepté et, en même temps, a cherché d'autres horizons de travail pour la demi-journée de congé.

Il a créé une petite entreprise avec un collègue, qui n'agissait que comme un partenaire capitaliste, et ils ont eu la chance d'obtenir plusieurs clients. Cela l'a obligé à travailler en moyenne 14 à 15 heures par jour pour gagner le montant initial de son emploi. 

Le manque de sommeil et de repos ne tarde pas à faire sentir ses effets : un soir, en rentrant chez lui, il s'endort au volant.

Heureusement, il a réussi à freiner, mais la chaussée glissante l'a fait percuter un grand arbre. Il est sorti indemne de l'accident, mais avec sa voiture en très mauvais état. En revanche, il s'endormait tous les jours, vers cinq heures de l'après-midi, assis à son bureau.

Les contrats de construction commencent à s'accumuler, ce qui entraîne des disputes et des problèmes avec son partenaire.

Il a consulté son médecin généraliste, qui l'a orienté vers un spécialiste de la médecine du sommeil. Sur la base de ses antécédents médicaux, le médecin a suspecté un syndrome de sommeil insuffisant. Afin d'exclure la narcolepsie et l'hypersomnie idiopathique, dont le symptôme crucial est la somnolence diurne, il a effectué une polysomnographie et un test de latence multiple, confirmant le diagnostic de sommeil insuffisant.

LE MAL DES TRAVAILLEURS ET LES PÉRIODES DE RÉCESSION

Comme il s'agit d'un trouble relativement nouveau, il n'existe pas de données mondiales sur son incidence, sa prévalence dans la population générale des États-Unis est inconnue, mais il est diagnostiqué chez 2 % des patients qui fréquentent les cliniques du sommeil dans ce pays. En 1996, une enquête menée en Suisse a révélé une prévalence de 12 % dans la population générale.

Une enquête représentative menée en Finlande a montré que dans ce pays, 9 % de la population était atteinte du syndrome.

Selon le Dr Walter Avdaloff, neurologue spécialisé dans la médecine du sommeil et directeur médical de l'Institut du sommeil, au Chili, plusieurs cas ont été détectés ces dernières années, "bien que nous ne connaissions pas les chiffres exacts de la prévalence".

Le profil des patients présente un trait commun : la plupart sont des hommes et les circonstances socio-économiques négatives les obligent à travailler de plus longues heures pour gagner suffisamment d'argent pour entretenir leur foyer.

Ainsi, les facteurs externes de besoin de survie et de surmenage conduisent ces patients à restreindre leurs heures de sommeil.

Cependant, ils ne reconnaissent pas facilement que leur sommeil est limité et qu'il est possible de régulariser leurs habitudes s'ils le souhaitent.

D'autre part, il y a ceux qui doivent travailler et étudier.

En outre, dans certaines professions et activités professionnelles telles que la santé, les communications ou les travailleurs dans les supermarchés et les centres commerciaux, les heures de sommeil sont limitées par de très longues heures de travail et par le temps consacré aux longues distances entre le travail et le domicile. Dans ces cas, les personnes n'ont aucune possibilité concrète de modifier leurs habitudes de sommeil.

COMMENT Y FAIRE FACE ?

L'étiologie de ces syndromes, explique le Dr Avdaloff, est purement comportementale : "Il n'existe aucun processus pathologique à l'origine de l'insomnie et de l'insomnie diurne qui en résulte", dit-il.

Il existe également d'autres symptômes tels que la fatigue, la faiblesse musculaire, les difficultés de concentration, les maux de tête et le manque de motivation.

Il existe des risques de complications graves dans le domaine cardiovasculaire, d'augmentation de la pression sanguine et de la fréquence cardiaque, en raison de l'accumulation du manque de sommeil.

La prescription de médicaments stimulants n'est pas recommandée.

Il convient d'enseigner au patient les règles d'hygiène du sommeil et de lui donner un programme lui permettant de dormir un nombre suffisant d'heures par période de 24 heures. Si vous dormez peu la nuit, une sieste quotidienne peut être mise en place.

Grâce à ces mesures simples, la somnolence diurne et ses risques disparaîtront en quelques semaines.

Cependant, il existe des cas extrêmes où la nécessité économique est telle que l'on ne peut obtenir la coopération indispensable du patient pour modifier l'horaire de travail étendu qui lui a été imposé.

Peut-être, pense le Dr Avdaloff, s'agit-il d'un débat de santé publique : "Des mesures et des programmes devraient être mis en place - surtout en période de récession - pour aider les personnes qui doivent travailler de manière excessive, au détriment de leur santé. Si la période de travail excessif qui prive de sommeil est longue, d'autres risques apparaissent, comme les maladies cardiaques et l'hypertension, qui peuvent dans de nombreux cas conduire à la mort", conclut-il.

Commentaires (0)